Travailleurs immigrants : pour une intégration réussie !

le 11 mai 2023


Alors que la plupart des employeurs doivent faire face à un manque de main-d’œuvre, l’idée d’accueillir de nouveaux employés immigrants dans votre équipe est une avenue qui s’annonce fort intéressante.

En effet, environ 50 000 nouveaux immigrants arrivent chaque année au Québec. Sachant qu'ils sont majoritairement jeunes (entre 15 et 44 ans) et qualifiés (78 % possèdent au moins un diplôme collégial), que la moitié parle français et qu’ils sont une majorité à chercher du travail, on comprend aisément l’intérêt de ce bassin pour les employeurs.

Pourtant, les entreprises doivent relever plusieurs obstacles et défis sur la route de l’embauche et de l’intégration des travailleurs formés à l’étranger sur les chantiers de construction. Un véritable parcours du combattant où plusieurs mois peuvent s’écouler entre le choix de l’employé et son arrivée ici et en poste.

Comment s’assurer que les compétences sont au rendez-vous et conformes ? Que faire pour que ces nouveaux arrivants se sentent bien dans leur milieu de travail et souhaitent y rester ? Et quelles sont les pratiques gagnantes à adopter en matière d’accueil et d’intégration pour inclure ces nouveaux employés avec succès au sein de votre équipe ?

 

Les obstacles à l’embauche des travailleurs immigrants

Voici quelques-uns des défis d’embauche et d’intégration des personnes immigrantes dans les milieux de travail de l’industrie de la construction, accompagnés de pistes de solutions et mesures mises en place jusqu’ici :

La langue : pour plusieurs immigrants, le français n’est pas leur langue première, certains ne la connaissant pas du tout. Communiquer difficilement en français peut être un frein vers l’obtention rapide de l’attestation pour accéder à un chantier de construction.

  • Pour faciliter l’intégration des nouveaux arrivants hispanophones, la CCQ offre certains cours en santé et sécurité en espagnol.
  • Certains employeurs offrent des cours de francisation à leurs frais, en attendant les délais administratifs, pour faciliter et accélérer l’intégration des nouveaux membres de leur équipe dans leur entreprise et au sein de la communauté.

La qualification : n’entre pas sur les chantiers qui veut ! Même compétents, les travailleurs formés ailleurs doivent démontrer qu’ils répondent à plusieurs exigences en matière de compétences, de formations et de qualifications.

  • De nouvelles mesures existent désormais pour permettre à certains travailleurs étrangers de faire reconnaître leurs expériences et formations pour un corps de métier donné et se rendre admissibles à l’examen de qualification par la CCQ.
  • Depuis le 26 avril 2021, la CCQ peut délivrer un Certificat de compétence apprenti à toute personne soumettant un dossier de reconnaissance de son expérience professionnelle pertinente. Une fois son expérience reconnue, le candidat sera soumis aux mêmes obligations de formation qu’un apprenti non diplômé régulier en ce qui a trait à la qualification, incluant la réussite d’un cours de santé et sécurité. Le métier de grutier est toutefois exclu de cette mesure.
  • Les qualifications professionnelles des travailleurs de plusieurs métiers de la construction du Québec et de certains pays comme la France sont reconnues, facilitant ainsi le processus d’immigration et d’embauche des travailleurs provenant de ces pays souhaitant intégrer le marché du travail québécois en construction.

 

Les politiques d’immigration favorisent d’autres types de candidats, notamment ceux possédant un très haut niveau de scolarité.

  • Des mesures comme le Programme pilote de recrutement pour le métier de charpentier‑menuisier en Tunisie et au Maroc, et le Programme pilote de recrutement des travailleurs au Salvador sont mises en place par le gouvernement du Québec et des gouvernements étrangers pour aider l’industrie à surmonter les défis liés à la pénurie de main-d’œuvre.

 

Les démarches préalables obligatoires sont nombreuses : plusieurs professions et métiers de la construction étant réglementés, les travailleurs étrangers doivent soumettre un processus d’équivalence et, dans la plupart des cas, réussir une formation d’appoint, un stage et des examens, en plus des démarches supplémentaires nécessaires, variant selon le poste visé et parfois même l’expérience du candidat, pour pouvoir exercer un travail dans l’industrie.

  • En étant bien informé sur la comparabilité des systèmes de formation et de reconnaissance de certains pays, vous pourrez déterminer avec exactitude quelles sont les compétences réelles du travailleur au moment de son arrivée.
  • Soyez bien au fait des exigences supplémentaires (certificat de compétence ou de qualification) nécessaires pour exercer les métiers concernés.
  • Au besoin, vous pourriez offrir des cours ou formations de courte durée pour vous assurer que le travailleur sélectionné réussira ses démarches pour obtenir les permis nécessaires à son entrée dans l’industrie.

 

Bien accueillir un nouvel employé issu de l’immigration

Cet accueil demande des efforts en amont, bien avant l’embauche et même avant l’affichage de l’offre d’emploi.

Comme employeur, il est essentiel de bien saisir toutes ces démarches nécessaires pour les travailleurs ciblés. En étant bien informé de la réglementation et des obligations requises entourant le métier ou la profession visé par l’offre d’emploi, vous pourrez inclure ces exigences directement dans votre offre, mieux aiguiller les candidats qualifiés intéressés par votre poste et guider ceux qui vous intéressent dans leurs démarches jusqu’à l’embauche officielle.

Une fois en poste, rappelez-vous que ces travailleurs nouvellement arrivés intègrent non seulement une équipe de travail, mais aussi une communauté et une nouvelle culture qu’ils commencent souvent à peine à découvrir.

Voici donc quelques clés pouvant réellement vous aider à bien accueillir votre nouvel employé et vous assurer de profiter durablement de sa présence dans votre équipe.

 

Pour une intégration réussie des nouveaux arrivants

Une fois accueillis dans votre équipe, encore faut-il vous assurer qu’ils s’y intègrent bien, souhaitent y rester et disposent des conditions nécessaires pour le faire.

1. Pensez au-delà de l’employé(e) !

Étant souvent aussi un(e) conjoint(e) et un parent, ses préoccupations et intérêts vont bien au-delà la sphère professionnelle : sa famille qui doit apprendre le français, les plus petits qui n’ont pas encore de place en garderie, les plus grands qui découvrent le cheminement scolaire québécois, le logement adéquat à trouver et parfois même un sentiment d’isolement, surtout en région.

Clé d’intégration à succès : organiser des activités sociales impliquant les familles de vos employés contribuera au tissage des liens, entre les membres de votre équipe, mais aussi avec les membres de la communauté dont fait maintenant partie votre nouvelle recrue ! L’inviter personnellement à ces occasions de socialisation conviviales et simples l’aidera à se sentir bien dans son nouveau milieu et à reconstruire cette vie sociale épanouissante à laquelle elle aspire.

Certaines entreprises investissent même financièrement, lorsque c’est possible, pour aider les familles de ces nouveaux employés à relever les défis auxquels elles doivent faire face au-delà de la zone du chantier, en offrant des cours de français ou avec la construction de logements, par exemple.

2. Offrez une formation aussi culturelle que pratique.

Bien former vos nouveaux employés sur ses tâches et responsabilités, le présenter à ses collègues, lui faire visiter son nouvel environnement de travail, lui donner les accès et documents nécessaires pour prendre en main son travail et découvrir les valeurs de votre entreprise, ce sont généralement des éléments évidents. Mais avez-vous pensé que ce qui va de soi pour vous et vos employés de longue date, ou nés au Québec, ne l’est pas nécessairement pour un nouvel immigrant ?

Clé d’intégration à succès : prenez le temps de l’aider à comprendre les nouvelles valeurs culturelles et petites subtilités culturelles essentielles aux bonnes relations professionnelles dans lesquelles il évolue maintenant : comment et où se passe habituellement l’heure du lunch, la gestion du temps, la nature et les pratiques privilégiées dans les relations sociales et professionnelles, selon le niveau hiérarchique et les sexes, l’espace vital de chacun, etc.

Désigner un(e) mentor(e) pour faciliter ce partage de connaissances informelles est une excellente idée, puisque ceci favorisera un climat de confiance et de respect réciproque propice aux confidences, échanges et questions.

3. Créez un climat de travail empreint d’ouverture.

Pour qu’une entreprise soit vécue comme accueillante, toute l’équipe doit l’être.

Clé d’intégration à succès : idéalement, formez vos chefs d’équipe à la gestion des différences culturelles pour qu’ils soient en mesure de bien préparer les membres de leurs équipes à accueillir leurs nouveaux collègues immigrants.

Si des accommodements sont nécessaires pour intégrer adéquatement vos employés immigrants, ils devront aussi savoir expliquer avec transparence les mesures choisies par souci d’équité, pour répondre équitablement aux besoins de chaque employé, ceux-ci étant parfois plus importants durant la phase d’intégration. Une communication ouverte permettra de réduire les risques de tensions entre les employés et d’éviter que ces situations délicates soient perçues comme des traitements de faveur.

Hésitant souvent à poser des questions par peur de paraître incompétents, les travailleurs immigrants ont besoin que leur supérieur immédiat les encourage à échanger, les invite clairement et explicitement à faire part de leurs suggestions et leur rappelle qu’il est disponible en tout temps pour répondre à leurs questions et qu’il tient à leur bien-être. Patrons, supérieurs immédiats et collègues sont tous invités à faire preuve d’ouverture et d’intérêt pour un accueil réussi.

Oui, accueillir et intégrer des travailleurs immigrants dans votre entreprise est un chemin semé de nombreux défis et de démarches parfois complexes. Toutefois, les travailleurs immigrants se démarquent régulièrement par leur loyauté envers leur employeur et leur grande motivation au travail.

Pour un employeur, une intégration réussie rime donc souvent avec nouveaux employés compétents qui seront là longtemps. Autant dire que les efforts en valent le coup !

Ces Informations Professionnelles sont présentées uniquement à des fins éducationnelles et culturelles et ne sauraient être interprétées comme traitement ou action spécifique individualisée à une personne.

À lire maintenant

Le “career cushioning” : tendance carrière en vogue
Comment soutenir la sécurité psychologique au travail ?
Devrait-on afficher le salaire dans une offre d’emploi ?
5 secrets pour accompagner votre équipe face au changement
Comment refuser une offre d'emploi sans se nuire ?
Rituel et bien-être en entreprise : un lien étonnant !