Tous à la sieste pour des chantiers plus productifs !

le 12 juin 2024


Dormir sur la job n’est pas très bien vu en Amérique du Nord. Et si vous êtes propriétaire d’une entreprise, l’idée de laisser vos employés faire la sieste sur les heures de travail peut vous paraître complètement folle.

Pourtant, c’est plutôt étonnant ce qu’un bref repos pourrait favoriser dans votre équipe, les bénéfices de la sieste en entreprise étant de plus en plus démontrés par la science, autant pour les employé(e)s que pour les employeurs.

Alors qu’elle est ancrée dans la culture de certains pays d’Europe et qu’elle ferait même partie de la constitution chinoise, un(e) employé(e) faisant la sieste sur ses heures de travail fait encore souvent mauvaise impression ici.

Et si on se trompait ? Quels avantages une microsieste quotidienne pourrait-elle rapporter aux membres de votre équipe, ainsi qu’à votre entreprise ? Et comment la mettre en place, concrètement et efficacement ?

Démystifions ensemble l’art de la sieste au travail !

 

Pourquoi faire la sieste au travail ?

Dans une culture et une société où tout va toujours plus vite, où les épuisements professionnels et enjeux psychosociaux relatifs au travail se multiplient – spécialement dans une industrie pour laquelle la performance est un enjeu majeur devenu mot d’ordre –, où les troubles du sommeil sont de plus en plus répandus, et où la frontière entre le travail et la maison se brouille, de plus en plus de voix s'élèvent pour repenser le monde du travail et son rythme effréné et faire tourner le vent du quotidien vers plus de bien-être pour les travailleuses et travailleurs.

Au cœur de la conversation, la sieste fait figure d’outil aussi surprenant que puissant ! Et par sieste, on entend le fait de dormir pendant une vingtaine de minutes.

Votre curiosité est piquée ? Voici cinq bonnes raisons de valoriser et même d’encourager les membres de votre équipe à faire un petit somme en pleine journée de travail.

Une microsieste, dont la durée idéale varierait, selon les études et les individus, entre 10 et 26 minutes :

1. Améliore significativement la qualité de la mémoire, la performance et les capacités cognitives, contribuant à nos habiletés à mieux réfléchir et à prendre de meilleures décisions ;

2. Réduit le stress et la fatigue, contribuant à améliorer la productivité, la concentration et le degré de vigilance, facteur pouvant contribuer notablement à limiter les accidents de travail ;

3. Fait gagner en créativité ;

4. Est une source précieuse d’énergie supplémentaire et de récupération en cas d’accumulation de fatigue, que celle-ci soit causée par un sentiment d’urgence constant ou un travail exigeant sur l’attention, la concentration ou au niveau physique, par exemple ;

5. Aide à lutter contre le stress au travail et à prévenir certaines maladies socioprofessionnelles, et pourrait même réduire la tension artérielle aussi efficacement que les médicaments !
 

Implanter la sieste en entreprise… ou sur le chantier !

Malgré ses évidentes vertus, le mot repos vous inquiète ? Vous avez peur que certains en profitent, que les projets de votre entreprise soient retardés, que sa réputation et performance soient entachées, ou encore que sa marge de profits soit menacée ?

Au-delà des impacts positifs de la sieste, sachez que le manque de sommeil est peut-être déjà coûteux pour votre entreprise.

Selon les données de l’École de psychologie et le Centre de recherche CERVO de l’Université Laval, la perte de productivité pour chaque employé(e) souffrant d’insomnie s’élève à 5000 $ par année et le manque de sommeil provoque en moyenne 28 jours par an d’absentéisme et présentéisme, ainsi que l’augmentation d’erreurs et d’accidents dus au manque de concentration et de vigilance qui en résulte, sans compter toutes ses conséquences sur la santé des travailleuses et travailleurs, dont les entreprises font également les frais.

 

Implanter la sieste en entreprise… ou sur le chantier !

Il est vrai que l’idée de ralentir sa cadence au travail, même temporairement, peut sembler contre-productive sur un chantier ou dans un environnement de travail où l’on manque déjà de main-d’œuvre et où les échéanciers et budgets sont de plus en plus serrés.

Il existe pourtant des astuces toutes simples pour mettre en place la sieste dans votre culture d’entreprise, de façon constructive et efficace !

1. D’abord, abordez le sujet avec vos employé(e)s pour cibler les réels besoins et établir le cadre et les bases avec eux : pourquoi ne pas créer une charte servant d’accord entre eux et votre entreprise, établissant les règles à respecter pour ce moment de repos (horaires, durée maximale, lieux où elle est autorisée et autres conditions à respecter et conséquences en cas de non-respect de celles-ci) et, pourquoi pas, partageant les éléments clés de l’art d’une sieste au travail réussie pour que chacun puisse en retirer tous ses avantages. Cette charte devra bien sûr être communiquée à tous et affichée à la vue de tous.

2. Pas facile de décrocher et d’arrêter le petit hamster de tourner en rond en plein milieu d’une journée de travail ? Pour que votre équipe profite pleinement de cet instant de repos, proposez-lui des siestes guidées ! Celles-ci, grâce à des techniques de relaxation, permettent au corps de tomber plus facilement et rapidement dans un état de sommeil profond pour une période de vingt minutes vraiment régénérante.

3. Créez un espace dédié où elle pourra être utilisée intelligemment : ceci permettra d’encadrer ce moment, d’offrir des conditions idéales pour un sommeil court, en confiance et réparateur (calme, intimité, fauteuils confortables, etc.), tout en évitant  qu’elle soit pratiquée de manière excessive ou trop longuement, ce qui pourrait annuler, voire inverser ses bénéfices.

4. Faites-en un rituel quotidien valorisé, encouragé et réellement pratiqué, même par les chefs d’équipe : c’est en pratiquant régulièrement la sieste qu’on obtient les meilleurs résultats et votre participation, comme employeur, donne l’exemple tout en contrecarrant la culpabilité que pourrait ressentir vos employés et qui pourrait nuire aux effets positifs ou faire en sorte qu’ils n’osent pas s’y mettre.

5. Honorez vos responsabilités d’employeur, même durant la sieste : c’est-à-dire, mettez à la disposition de vos employés un endroit, des équipements et installations qui soient sécuritaires. Assurez aussi leur sécurité en prévenant les situations de harcèlement, notamment, traitez tous les employés de manière équitable en matière de sieste comme dans le reste, et laissez-les libres de s’y adonner ou non. Présentez plutôt la sieste comme une possibilité offerte et non comme une obligation, et proposez différentes options de repos, autres que la sieste, pour les personnes ne la faisant pas.

 

Le droit au repos pour tous

Travailler toujours plus fort a un prix. Les entreprises ayant à cœur d’offrir des conditions favorables à la santé et au bien-être de leurs employés et ayant déjà implanté des solutions pour y arriver l’ont compris, utilisant du même coup celles-ci comme levier pour fidéliser les membres de leur équipe.

Pour l’instant, aucune loi ni norme du travail n’encadre la sieste au travail. Mais vu l’intérêt grandissant des entreprises pour le bonheur des travailleuses et travailleurs, ce n’est peut-être qu'une question de temps.

En attendant, pourquoi ne pas faire de ce classique petit roupillon un rituel quotidien faisant partie de votre culture d’entreprise et ayant toutes les qualités pour rendre vos chantiers encore plus performants et avant-gardistes et pour aider votre équipe à donner le meilleur d’elle-même !

Ces Informations Professionnelles sont présentées uniquement à des fins éducationnelles et culturelles et ne sauraient être interprétées comme traitement ou action spécifique individualisée à une personne.

À lire maintenant

L’échec : fardeau ou cadeau de votre carrière ?
Tous à la sieste pour des chantiers plus productifs !
Les candidats refusent nos offres d’emploi : que faire ?
Optimisez votre recherche d’emploi avec l’intelligence artificielle
Le “career cushioning” : tendance carrière en vogue
Comment soutenir la sécurité psychologique au travail ?